loader image
Coco Velten, Site bâti, Marseille, Bâtiment vacant, Tiers lieux solidaires, Cafés et restaurants, En cours, Hébergement social

Coco Velten Marseille Publiée le 03.02.20

En quelques mots

Au sein de la Pré­fec­ture PACA existe une cel­lule d’innovation sociale qui tra­vaille sur un objec­tif “Zéro SDF”. Inspirée notam­ment par l’expérience des Grands Voisins, la Pré­fec­ture pro­pose de met­tre à dis­po­si­tion un bâti­ment vacant de 4000 m², sur une durée de trois ans, pour y déploy­er une occu­pa­tion mixte, asso­ciant héberge­ment d’urgence, pra­tiques citoyennes et activ­ités économiques. Yes We Camp prend les clés du bâti­ment à l’été 2018, et réalise les travaux pour une ouver­ture pro­gres­sive à par­tir du print­emps 2019. Le pro­jet est local­isé en plein cen­tre-ville de Mar­seille, dans le quarti­er pop­u­laire de Bel­sunce. 

Pour l’as­so­ci­a­tion, ce pro­jet est sin­guli­er car, à la dif­férence des Grands Voisins, nous sommes cette fois-ci l’occupant prin­ci­pal, en respon­s­abil­ité sur la direc­tion tech­nique de tout le bâti­ment. L’autre élé­ment nou­veau et déter­mi­nant est sa local­i­sa­tion en quarti­er pop­u­laire. Avec les Grands Voisins, nous avons opéré une sorte de “gen­tri­fi­ca­tion à l’envers”, avec des sujets de mix­ité glob­ale­ment internes au site. Ici, l’enjeu de l’accroche au quarti­er est plus fort. A nous de faire exis­ter la bonne alchimie entre une impli­ca­tion d’acteurs et publics venus d’ailleurs, et une par­tic­i­pa­tion locale adap­tée, utile et désir­able par les riverains.

Informations clés

Dates
2019 — 2021

En chiffres
80 places d’héberge­ment en rési­dence social
40 struc­tures instal­lées sur place dans les bureaux
80 heures d’ouverture publique par semaine
80% pro­gram­ma­tion issue de sol­lic­i­ta­tions extérieures
4 000 m² de bâti­ment vacant en occu­pa­tion tem­po­raire pour 3 ans

Bud­get
700 000 euros en bud­get de fonc­tion­nement
1/3 sub­ven­tions — 2/3 aut­o­fi­nance­ment

Partenaires

Groupe SOS
Héberge­ment d’urgence et accueil des per­son­nes vul­nérables

Plateau Urbain
Choix et ges­tion des occu­pants des locaux et ani­ma­tion de leur réseau / coor­di­na­tion tech­nique

Lab Zéro
Amé­nageur et pro­prié­taire du site

À retenir

  • La richesse de l’accompagnement social lorsqu’un cen­tre d’hébergement s’entoure d’autres usages et activ­ités.
  • Les mul­ti­ples leviers d’im­pli­ca­tions pos­si­bles pour les riverains et acteurs locaux : chantiers par­tic­i­pat­ifs, jardin com­mun, pro­gram­ma­tion cul­turelles, cui­sine ouverte, rési­dences artis­tiques.
  • La capac­ité d’engagement des par­ties prenantes dans les trans­for­ma­tions du pro­jet col­lec­tif : change­ment de pro­gramme du sous-sol, par­tic­i­pa­tion à la ges­tion du site, mobil­i­sa­tion pen­dant la crise san­i­taire du Covid.
  • La con­fi­ance accordée par les ser­vices de l’Etat, à la suite du pro­jet Grands Voisins. 

En savoir plus

Site inter­net, Face­book, Insta­gram, Revue de presse

Les Grands Voisins, Site bâti, Bâtiment vacant, Tiers lieux solidaires, Cafés et restaurants, Passé, Paris, Hébergement social, Camping

Les Grands Voisins Paris Publiée le 03.06.20

En quelques mots

Avenue Den­fert-Rochere­au à Paris. L’hôpital Saint-Vin­cent de Paul ferme ses portes, la Ville reprend le site pour dévelop­per de nou­veaux loge­ments. Avant que les travaux ne com­men­cent, il existe un moment de latence de plusieurs années. C’est dans ce con­texte, et sur la base de la ques­tion “Com­ment utilis­er avec audace et générosité un site de qua­tre hectares tem­po­raire­ment disponible au cœur de Paris ?” que s’est con­stru­it le pro­jet Grands Voisins. Les locaux vides de l’ancien hôpi­tal ont d’abord accueil­li des per­son­nes sans domi­cile, puis des arti­sans, asso­ci­a­tions ou jeunes struc­tures qui y ont instal­lé leurs ate­liers et bureaux. Nous avons ensuite ouvert le site au pub­lic, avec des amé­nage­ments famil­i­aux et sportifs, un camp­ing, de la restau­ra­tion, une salle de con­férences, des activ­ités cul­turelles et une pro­gram­ma­tion artis­tique. Le pro­jet devient rapi­de­ment une des­ti­na­tion, un lieu très vivant où cohab­itent avec inten­sité des activ­ités sociales, pro­duc­tives, marchan­des et cul­turelles. Quand il arrive sur site, l’aménageur en charge de la réal­i­sa­tion du futur quarti­er pro­pose de pro­longer autant que pos­si­ble le pro­jet en par­al­lèle des chantiers, esti­mant que la vital­ité sociale pro­duite par les Grands Voisins con­tribue directe­ment à sa mis­sion d’aménagement urbain.

Le pro­jet Grands Voisins mar­que un moment de bas­cule dans l’histoire de l’as­so­ci­a­tion. La taille du site per­met d’exprimer toute la palette de nos savoir-faire ; l’équipe s’élargit ; nous mon­tons le bar cen­tral La Lin­gerie pour financer les amé­nage­ments et les activ­ités ; nous com­mençons à nous vers­er des salaires ; nous décou­vrons le tra­vail social et con­stru­isons une rela­tion de con­fi­ance avec nos parte­naires Aurore et Plateau Urbain. 

Informations clés

Dates
2015 ‑2020

Pro­prié­taires du site
Paris et Métro­pole Amé­nage­ments, Ville de Paris
(anci­en­nement Assis­tance Publique des Hôpi­taux de Paris, puis Etab­lisse­ment Pub­lic Fonci­er d’Île-de-France)

En chiffres
3,4 hectares vides dans Paris intra-muros à nou­veau utiles pen­dant 5 ans
2000 per­son­nes vivent et/ou tra­vail­lent sur place
1000 per­son­nes en héberge­ment d’urgence sur site
46 500 per­son­nes reçues à l’accueil de jour pour deman­deurs d’asile et réfugiés
250€/m²/an TTC CC de sur­face nette pour des atelier/bureaux au coeur de Paris
300 événe­ments cul­turels, édu­cat­ifs et artis­tiques gra­tu­its pro­posés à plus de 600 000 vis­i­teurs par an
Plus de 5000 bénév­oles impliqués en 5 ans
2M d’€ de ges­tion annuelle sur un bud­get com­mun entre les 3 organ­i­sa­tions de pilotage

 

Sai­son 1 :
20 000 m² de bâtis et 15 000 m² d’espaces extérieurs, 250 struc­tures instal­lées dans les locaux, 600 places d’hébergement, 4000 vis­i­teurs par jour

Sai­son 2 :
10 000 m² d’espaces bâtis et 3 500 m² d’espaces extérieurs, 140 struc­tures, 100 places d’hébergement, 1 accueil de jour pour deman­deurs d’asile, 4000 vis­i­teurs par jour

Partenaires

Asso­ci­a­tion Aurore
Ges­tion du site, héberge­ment d’urgence, accueil de jour pour deman­deurs d’asile, inser­tion par l’emploi.

Plateau Urbain
Choix et ges­tion des occu­pants des locaux et ani­ma­tion de leur réseau, coor­di­na­tion tech­nique

Paris & Métro­pole Amé­nage­ment
Amé­nageur de la ville de Paris, pro­prié­taire du site

À retenir

  • L’utilité socié­tale de la pos­si­bil­ité d’occuper gra­tu­ite­ment des espaces pro­vi­soire­ment désaf­fec­tés en cen­tre-ville dense : héberge­ment d’urgence, tra­vail social, espaces de tra­vail bon marché…
  • La mise en place de guichets et dis­posi­tifs d’implication citoyenne à l’échelle d’un quarti­er.
  • La con­struc­tion d’un lieu de des­ti­na­tion cul­turelle, et d’expériences artis­tiques mul­ti­ples, acces­si­ble au plus grand nom­bre.
  • La démon­stra­tion par l’expérience sur un for­mat tem­po­raire pour inspir­er ailleurs.
  • La richesse et la réac­tiv­ité d’un mod­èle d’économie et de pilotage à trois têtes, issus de métiers dif­férents.
  • La résilience du mod­èle et son adapt­abil­ité face aux change­ments et crises con­tem­po­raines.

Plus d’informations

Site inter­net, Face­book, Insta­gram

Coco Velten, Cuisine ouverte, Site bâti, Marseille, Tiers lieux solidaires, Cafés et restaurants, En cours

La Cantine Coco Marseille Publiée le 15.09.20

En quelques mots

Quelques semaines après avoir accueil­li les pre­miers ate­liers-bureaux et habi­tants de la rési­dence sociale, Coco Vel­ten ouvre ses portes au pub­lic en avril 2019, avec au rez-de-chaussée une grande can­tine. Cet espace cen­tral du pro­jet est géré par Yes We Camp, avec l’intention d’accueillir en cui­sine dif­férentes asso­ci­a­tions. Par­chi­ta pro­pose une cui­sine fraîche et vénézuéli­enne plusieurs midis par semaine. Nous avons égale­ment accueil­li un pro­jet de for­ma­tion de détenus en fin de peine porté par Table de Cana, et nous con­tin­uons d’inventer dif­férents for­mats de cui­sine et partage des recettes pour les soirées : repas prix libre cuis­iné par les rési­dents, repas sou­tien pro­posé par des asso­ci­a­tions… La cui­sine col­lec­tive attenante au restau­rant per­met aus­si d’organiser des ate­liers par­tic­i­pat­ifs.

La Can­tine Coco porte les mêmes ambi­tions d’accueil et de qual­ité que nos autres restau­rants : pas d’obligation à con­som­mer, accueil incon­di­tion­nel, pro­duits locaux issus de l’agriculture raison­née cuis­inés chaque jour, cafés et repas sus­pendus. L’intention sup­plé­men­taire porte sur l’accueil en cui­sine de struc­tures tiers.

Informations clés

Dates
2019 — 2021

En chiffres
80 places assis­es
1 repas prix libre par semaine
3 postes en inser­tion (résident.e.s de Coco Vel­ten)

Partenaires

Par­chi­ta (avril 2019 — avril 2020) :
restau­rant Sud améri­cain, incubé à Coco Vel­ten pen­dant 12 mois. 

La Table de Cana (juin 2019) :
pro­jet des Beaux Mets. Des per­son­nes du Cen­tre péni­ten­ti­aire des Baumettes en fin de peine ont cuis­inés les lundis et mardis du mois de juin 2019 dans la per­spec­tive de l’ouverture d’un restau­rant au sein de la prison. Après des ses­sions de for­ma­tions, la Can­tine de Coco Vel­ten était le restau­rant d’application.

Solz­in­ho (depuis novem­bre 2019) : restau­ra­tion des Balka­ns, incubé pour assur­er les ser­vices du soir.

La petite histoire

Le pre­mier mer­cre­di repas prix libre a été cuis­iné par Mohammed aka Momo, un jeune réfugié soma­lien en mis­sion de ser­vice civique sur les chantiers par­tic­i­pat­ifs au sein de Coco Vel­ten. Momo souhaitait faire décou­vrir les plats de son enfance à tous les Cocos. Le repas prix libre s’est clô­turé par une stand­ing ova­tion. Depuis sa pre­mière incur­sion dans la cui­sine de la Can­tine, il a décou­vert une nou­velle voca­tion et tra­vaille aujourd’hui avec des restau­ra­teurs mar­seil­lais !

En savoir plus

Site inter­net, Face­book, Insta­gram 

Bâtiment vacant, Tiers lieux solidaires, Cafés et restaurants, Passé

Les Comptoirs Paris Publiée le 15.09.20

En quelques mots

L’affluence du pub­lic dès l’année 2016 aux Grands Voisins donne envie aux rési­dents du site de dévelop­per des petites unités de pro­duc­tion et vente de sand­wichs ou plats cuis­inés. Les pre­mières expéri­ences sont un peu chao­tiques et nous déci­dons pour l’été 2017 de lancer le pro­jet “Les Comp­toirs”. Le principe est de trans­former un espace résidu­el des Grands Voisins en une grande ter­rasse abritée, don­nant sur trois fenêtres ouvertes, chaque fenêtre étant un comp­toir où sont pro­posés des plats du jour. À chaque repas, deux fenêtres sont attribuées à des rési­dents, la troisième étant gérée par Yes We Camp. Le pub­lic choisit indif­férem­ment, sans même le savoir, des repas pré­parés par des cuisiniers pro­fes­sion­nels ou par des rési­dents se for­mant ain­si aux métiers de la restau­ra­tion. Les rési­dents par­tic­i­pant au pro­gramme ont été choi­sis, ils sont 15, ils sont accom­pa­g­nés et for­més, et font cha­cun tra­vailler plusieurs per­son­nes. 

Ce pro­jet culi­naire inclusif est un vrai aboutisse­ment dans le parte­nar­i­at entre Yes We Camp et Aurore. Cette expéri­ence est à la base du pro­jet de restau­rant com­mun Ora­toire.

Informations clés

Dates
2017

En chiffres
10 mois
19 cuisiniers
35 fuites d’eau
180 kg de frites de Fathi
216 fer­me­tures en dansant
403 assi­ettes dis­parues
2320 litres de Bis­s­ap
7675 mer­guez
19001 ren­con­tres

À retenir

  • La réus­site des Comp­toirs à attir­er un pub­lic extérieur (voisins, curieux, per­son­nes tra­vail­lant dans le quarti­er…) pour venir déje­uner sur la ter­rasse.
  • La dimen­sion inclu­sive du pro­jet, qui a per­mis à des rési­dents de lancer leur pro­jet “food” : c’est le cas de Gha­da, qui a ensuite ouvert “Chez Gha­da” dans la cour de l’O­ra­toire.
  • L’as­so­ci­a­tion de plusieurs com­pé­tences de l’as­so­ci­a­tion : archi­tec­ture, inser­tion, cui­sine, ani­ma­tion.

En savoir plus

Site inter­net

Accompagnement / activation, Roubaix, Site bâti, Tiers lieux solidaires, En cours

Saisons Zéro Roubaix Publiée le 23.06.20

En quelques mots

Print­emps 2019, le col­lec­tif d’architectes Zerm con­tacte Yes We Camp : la ville de Roubaix lance un appel à man­i­fes­ta­tion d’intérêt pour l’occupation tem­po­raire d’un cou­vent de 6500m², vide depuis plus de 10 ans, inscrit au pat­ri­moine des mon­u­ments his­toriques et situé dans le quarti­er de l’Epeule.
Nous pré­parons avec eux le pro­jet inti­t­ulé “un lab­o­ra­toire de la fru­gal­ité appliqué”, qui croise trois enjeux : créer un lieu de vie joyeux et accueil­lant pour un quarti­er en dif­fi­culté, expéri­menter un mode de vie Zéro-déchet, se déploy­er dans un bâti­ment à haute valeur pat­ri­mo­ni­ale. Notre équipe œuvre régulière­ment sur le pro­jet selon les for­mats et besoins de l’équipe Zerm : nar­ra­tion et mod­èle de fonc­tion­nement glob­al, pilotage du pro­jet, accom­pa­g­ne­ment sur le proces­sus de ges­tion des lieux partagés, lance­ment de l’accueil d’occupants des ate­lier-bureaux, d’une auberge et de l’accueil de groupe, organ­i­sa­tion de chantiers par­tic­i­pat­ifs pour trans­former pas à pas les usages de l’ancien cou­vent.

Nous sommes lau­réat en octo­bre 2019, et deux mois plus tard, un pre­mier chantier-campe­ment d’une semaine est mon­té pour installer une base vie sur place : amé­nage­ment d’un ate­lier de con­struc­tion, des bureaux de pilotage, d’une cui­sine partagée et des pre­mières cham­bres pour com­mencer à habiter les lieux.
Aujourd’hui, une dizaine de per­son­nes du col­lec­tif Zerm habite sur place. La cour de l’ancienne école est ouverte tous les dimanch­es aux riverains, une pro­gram­ma­tion d’été se des­sine pour les enfants du quarti­er, des parte­nar­i­ats se tis­sent avec des acteurs locaux, les pre­mières struc­tures s’installent dans les bureaux et l’auberge se pré­pare à accueil­lir ces pre­miers vis­i­teurs.

Informations clés

Dates
Depuis 2019

En chiffres
10 nou­veaux habi­tants dans l’ancien cou­vent
40 occu­pants dans les locaux
30 places dans des lits à bal­daquin ou lits clos
4 espaces extérieurs, une anci­enne chapelle et une grande halle pour accueil­lir des événe­ments

Partenaires

La ville de Roubaix
La ville de Roubaix assure le finance­ment des travaux liés aux toi­tures et fenêtres, aux dif­férents réseaux et à la mise au norme incendie.

Agence Nationale de la Cohé­sion Ter­ri­to­ri­ale
L’Agence Nationale de la cohé­sion Ter­ri­to­ri­ale, via l’AMI Trem­plin Asso, finance les investisse­ments min­i­mum et le tra­vail d’accompagnement pour aider au développe­ment de tiers lieux dans les Quarti­er Poli­tique de la Ville.

À retenir

  • L’intérêt et la facil­i­ta­tion de la mise en place d’un pro­jet fru­gal et itératif par la ville de Roubaix et l’Etat via l’AMI et le pilotage partagé du pro­jet.
  •  La qual­ité du cadre de tra­vail entre Yes We Camp et Zerm via les dif­férents for­mats de ren­con­tres et d’apprentissage et l’accompagnement sur-mesure qui en découle : com­plé­men­tar­ité des com­pé­tences, réac­tiv­ité, con­fi­ance et com­plic­ité.
  • L’importance de la qual­ité archi­tec­turale des lieux et l’engouement que cela sus­cite.
  •  Le soin à la préser­va­tion du bâti que déclenche la présence per­ma­nente d’habitants sur le site.

Plus d’informations

Site inter­net, Face­book, Insta­gram

Accompagnement / activation, Site bâti, Bâtiment vacant, Tiers lieux solidaires, En cours, Hébergement social

Les Cinq Toits Paris Publiée le 15.09.20

En quelques mots

Depuis début 2019, Yes We Camp inter­vient en sou­tien de l’association Aurore sur le pro­jet des Cinq Toits, ini­tia­tive d’accueil de cen­tres d’hébergement dans l’ancienne caserne Exel­mans, dans le 16ème arrondisse­ment de Paris. Cette caserne, qui accueil­lait autre­fois des gen­darmes, héberge aujourd’hui réfugiés, deman­deurs d’asile, tra­vailleurs soci­aux, asso­ci­a­tions, entre­pre­neurs, arti­sans ou artistes, sur le mod­èle des Grands Voisins. Les Cinq Toits héber­gent plus de 350 per­son­nes, dont 250 réfugiés et deman­deurs d’asile. Elle offre égale­ment 100 places pour des familles en sit­u­a­tion d’urgence. Avec l’ambition de créer un lieu de vie ouvert, fondé sur l’hospitalité et la ren­con­tre. Notre équipe œuvre régulière­ment sur le pro­jet selon les besoins du site : nar­ra­tion glob­ale, recom­man­da­tions pour la pro­gram­ma­tion cul­turelle, quelques con­seils pour la ges­tion de site, le restau­rant et l’atelier partagé, mais surtout des amé­nage­ments pour les espaces extérieurs, végé­tal­i­sa­tion, sig­nalé­tique, iden­tité graphique… 

La présence d’actrices et d’acteurs asso­ci­at­ifs, cul­turels et économiques sur le site a rapi­de­ment porté ses pre­miers fruits, avec des marchés créat­ifs per­me­t­tant d’accueillir le voisi­nage, et la mise en place de démarch­es pilotes : restau­ra­tion en inser­tion, etc…

Informations clés

Dates
Depuis début 2019

En chiffres
300 per­son­nes, dont 250 réfugiés et deman­deurs d’asile
50 places pour des familles
99 BACSAC

Adresse
51 boule­vard Exel­mans, Paris 16ème

Partenaires

Asso­ci­a­tion Aurore
Ges­tion du site, héberge­ment d’urgence, inser­tion par l’emploi.

Plateau Urbain
Créa­tion d’e­spaces d’ac­tiv­ités mixtes

 

À retenir

  • La mise en place de plusieurs activ­ités “inclu­sives” de la restau­ra­tion en inser­tion grâce à la présence d’actrices et d’acteurs asso­ci­at­ifs, cul­turels et économiques sur le site.
  • Le lien au quarti­er avec des événe­ments ouverts au pub­lic extérieur (marché, car­naval, expo­si­tion…).
  • Un restau­rant sol­idaire : Le Recho.

En savoir plus

Face­book, Site inter­net