loader image

Revue de presse

Les dernières parutions

Enlarge your Paris, La friche des Grands Voisins fait le bilan de 5 ans d’oc­cu­pa­tion légale, 22/09/2020 par Manon Gayet

Demain la villeYes We Camp acteur influ­ent de l’urbanisme tran­si­toire, 17/06/2020

Le Jour­nal du Dimanche, TRIBUNE. L’ap­pel de restau­ra­teurs sol­idaires pour aider les soignants et les plus dému­nis, 15/04/2020
“Cette société, c’est aus­si celle dans laque­lle les plus démuni.e.s sont plus que jamais invis­i­bles pour celles et ceux confiné.e.s chez eux. Depuis le début de la crise san­i­taire, nous avons joint nos forces à l’ac­tion des Maraudeurs by Want­ed qui sil­lon­nent depuis deux ans les rues de Paris pour dis­tribuer des paniers-repas aux sans abri et répon­du à l’ap­pel de la Fon­da­tion de France. D’eux, est né un col­lec­tif com­posé du Refugee Food Fes­ti­val, de Yes We Camp, d’Ernest, de Want­ed Comu­ni­ty, de Lin­kee, du Chaînon man­quant, des Mar­mites Volantes et d’Ol­vo pour apporter une réponse com­mune effi­cace aux besoins d’aide ali­men­taire d’ur­gence à Paris. En trois semaines, des dizaines de mil­liers de repas com­plets, équili­brés et savoureux ont été gra­tu­ite­ment dis­tribués. Une chaîne de sol­i­dar­ité inédite s’est struc­turée naturelle­ment et espère per­dur­er bien au-delà du con­fine­ment.”

Paris.frCes bénév­oles engagés auprès des per­son­nes sans-abri, 08/04/2020
“Depuis trois semaines cepen­dant, les activ­ités tra­di­tion­nelles d’Ernest ont été per­tur­bées. « Dès le début de la crise, des chef·fe·s parte­naires nous ont con­tac­tés car leurs cham­bres froides étaient pleines de den­rées périss­ables qu’il aurait été dom­mage de gaspiller. » Rapi­de­ment, bénév­oles et salarié·e·s s’activent. Une par­tie de l’équipe était déjà présente aux Grands Voisins (14e), dans les cuisines du restau­rant l’Oratoire, gérées par l’as­so­ci­a­tion Yes We Camp.”

Mar­celle , Coro­n­avirus : grande galère pour les très pau­vres , 06/04/2020 par Natha­nia Cahen
“Sur le Cours Julien, le restau­rant sol­idaire Noga car­bu­re comme jamais : « Nous sommes passés à 1 200 repas par jour et avons recruté une ving­taine de bénév­oles, témoigne Marie-Chris­tine Gillot, sa direc­trice. Une grande chaîne de l’aide ali­men­taire s’est mise en place sur le ter­ri­toire mar­seil­lais, coor­don­née par la préfète déléguée à l’Égalité des chances, qui per­met de pré­par­er et dis­tribuer une grande quan­tité de repas notam­ment via les maraudes qui vont sur les squats, les hôtels, les camps… » Elle appré­cie la mon­tée en charge de nou­veaux parte­naires comme Yes we camp, Le Cloître, ou Gour­méditer­ranée. Et pour aider les familles les plus pré­caires dans les cités et les bidonvilles, il n’est pas rare que des enseignants ouvrent des cagnottes ou organ­isent la con­fec­tion de panier-repas rem­plis par d’autres par­ents.”

Le Monde, à pro­pos de l’aide ali­men­taire mise en place aux Grands Voisins pen­dant la crise du Covid 19 -Coro­n­avirus : l’« effort de guerre » aux fourneaux pour aider les soignants et les sans-abri, 25/03/2020 par Camille Labro et Marie Aline
“Tan­dis que des restau­ra­teurs se mobilisent pour nour­rir les soignants, d’autres cuisiniers et asso­ci­a­tions ont uni leurs forces pour ali­menter les per­son­nes dému­nies, qui souf­frent elles aus­si frontale­ment de la crise : « Les sans-abri, les réfugiés, les per­son­nes en grande pré­car­ité s’alimentent habituelle­ment dans les rues, au marché noir ou dans les foy­ers asso­ci­at­ifs, témoigne Emma Lavaur, chef et mem­bre du col­lec­tif Yes we camp. Avec le con­fine­ment, il est devenu dif­fi­cile pour eux de se déplac­er et de s’approvisionner, l’offre ali­men­taire s’est réduite et beau­coup de lieux d’accueil ont dû fer­mer. » 

M, le monde Mag­a­zine, à pro­pos du restau­rant Ora­toire - Les tiers-lieux ­culi­naires, des tables savoureuses, éco­los et human­istes — 02/07/2019 — par Camille Labro
“Ils sont de plus en plus nom­breux, ces lieux tem­po­raires et inter­sti­tiels, qui se déploient sur les frich­es urbaines et dont l’identité va de pair avec des valeurs durables. À des­ti­na­tions plurielles, ces sites ont générale­ment un point com­mun : des cuisines fédéra­tri­ces inno­vantes – véri­ta­bles lab­o­ra­toires socio-culi­naires où se réin­ven­tent les méth­odes et les codes de la restau­ra­tion. Au sein de la friche des Grands Voisins, implan­tée depuis 2015 dans l’ancien hôpi­tal Saint-Vin­cent-de-Paul, à Paris, le ­restau­rant com­mun Ora­toire est exem­plaire en la matière. Pro­posant une « ­cui­sine saine et bon marché », cette can­tine portée par le col­lec­tif  Yes We Camp se veut un espace ouvert à tous.”