loader image

Revue de presse

Revues de presse

Revue de presse 2021 Revue de presse 2020 Revue de presse 2019 Revue de presse 2017

On parle de Yes We Camp

Pioche !Com­ment Yes We Camp trans­forme les frich­es des villes en lieux d’expression et de « faire ensem­ble », 13/09/2021 par Cal­ixte de Procé

Grâce à des parte­nar­i­ats solides avec de nom­breuses asso­ci­a­tions et surtout une farouche volon­té de faire bouger les lignes, Yes We Camp crée des espaces hybrides, pen­sés sur-mesure, où la mul­ti­plic­ité des usages favorise les ren­con­tres et éveille les con­science. Sur place, les usages se croisent, com­bi­nant des fonc­tions sociales, économiques, artis­tiques et citoyennes. Un joyeux mélange qui favorise les ren­con­tres, les inter­ac­tions et les réal­i­sa­tions croisées.

Les Echos, Ces tiers lieux qui redonnent vie aux frich­es urbaines, 01/12/2021 par Paul Mol­ga

S’il est unique par sa forme, ce tiers-lieu n’est pas le seul à avoir fleuri dans la cité phocéenne. Une ving­taine de nou­veaux lieux de vie ont été créés dans des sites indus­triels en friche ou des immeubles voués à la démo­li­tion pour héberg­er, tiss­er des liens, tra­vailler, expos­er en lien avec un quarti­er… « Cet urban­isme éphémère vient bous­culer les entrav­es pro­pres aux villes : la pro­priété auquel ils opposent l’hos­pi­tal­ité, les inter­dits qu’ils bal­ayent par l’ini­tia­tive, et l’in­di­vid­u­al­isme ver­sus l’e­sprit col­lec­tif », explique Nico­las Détrie.

La Provence, Mar­seille : un lieu de répit pour les femmes , 09/03/2021 par Gué­naël Lemouee

L’as­so­ci­a­tion Yes We Camp a mis le pro­jet de ce lieu partagé en musique et six autres asso­ci­a­tions mar­seil­lais­es (*) vont le faire vivre au quo­ti­di­en, cha­cune auprès de leur pub­lic spé­ci­fique, cha­cune avec leurs com­pé­tences. Femmes vic­times de vio­lences con­ju­gales, d’ex­ploita­tion sex­uelle, vivant dans la rue… “Il y aura ici une vraie mix­ité des publics hébergés, de par la nature même des asso­ci­a­tions qui sont présentes ici et qui inter­vi­en­nent sur des publics dif­férents”, explique Théo Ribière, co-coor­di­na­teur du pro­jet de l’Auberge à Yes We Camp. Cha­cune des asso­ci­a­tions a détaché deux de ses mem­bres au sein de la struc­ture.

Le Monde, Ecolo­gie, agri­cul­ture… Six for­ma­tions pour une recon­ver­sion “verte”, 28/02/2021 par Romane Bon­nemé

Les deux tiers des 140 heures de la for­ma­tion sont con­sacrés à des voy­ages d’études immer­sifs. Les pro­mo­tions précé­dentes ont ain­si vis­ité Coco Vel­ten, à Mar­seille, Mains d’œuvres, à Saint-Ouen, ou Le Tri postal, à Brux­elles. Le reste s’attache aux com­pé­tences créa­tives, tech­niques et de pro­jet pour éla­bor­er ces lieux. « Les inter­venants ne sont pas for­cé­ment des uni­ver­si­taires mais ce sont tous des pro­fes­sion­nels ou des pro­prié­taires de ces tiers lieux », souligne la coor­di­na­trice du diplôme.