loader image

Méthode

Nos fondamentaux d’interventions

Approche sen­si­ble — Écouter d’abord
Tout pro­jet com­mence par une immer­sion. Quelles sont les his­toires ? Quelles sont nos pre­mières intu­itions ? Qu’est-ce qu’il nous sem­ble juste de met­tre en lumière, qu’est-ce que nous avons envie de chang­er ou de bous­culer ? Nos déploiements sont des créa­tions “sur-mesure”, tou­jours le fruit de ren­con­tres entre le con­texte exis­tant, et les inten­tions que l’on y apporte. 

Faire ensem­ble
Avec les parte­naires, avec des bénév­oles, avec les occu­pants, avec les riverains. Chaque pro­jet est une com­po­si­tion qui se fab­rique au croise­ment des impli­ca­tions de toutes les par­ties prenantes. Le faire ensem­ble s’applique depuis les moments de con­cep­tion jusqu’au déploiement puis la ges­tion. Il se vit dans les sat­is­fac­tions col­lec­tives comme dans les sit­u­a­tions dif­fi­ciles, où regarder ensem­ble les prob­lèmes de face per­met de franchir des étapes d’estime et de con­fi­ance. 

Hos­pi­tal­ité
Hos­pi­tal­ité pour le goût d’accueillir, l’attention aux autres, le souhait que chaque per­son­ne se sente légitime. L’hospitalité pour les petits gestes — offrir de l’eau, des assis­es, un abri -, et leurs trans­for­ma­tions spa­tiales — archi­tec­tures légères, trans­formables, agran­diss­ables. L’hos­pi­tal­ité pour ceux qui ont peu, et pour ceux qui sont ren­voyés à leurs dif­férences. 

Créa­tiv­ité
La créa­tiv­ité pour le goût de faire dif­férem­ment, l’énergie de vouloir inven­ter, la capac­ité à se remet­tre en cause. La créa­tiv­ité des artistes, leur rap­port au monde et les pos­si­bil­ités qui leur sont lais­sées dans nos pro­jets. La créa­tiv­ité de cha­cun, stim­ulée, invitée et autorisée à être enten­due. 

Pré­somp­tion de con­fi­ance
Cette jolie for­mule d’Édith Hal­lauer sig­ni­fie notre atten­tion à créer des con­di­tions pais­i­bles de décou­verte, de présence et d’implication, à l’inverse de la méfi­ance car­ac­téris­tique de nos épo­ques, à l’inverse égale­ment des sen­ti­ments d’impuissance par peur d’être jugés. Créer cette pré­somp­tion de con­fi­ance est une démarche sub­tile entre invi­ta­tion et sur­prise, qui com­bine accueil, sig­nalé­tique, amé­nage­ment des espaces, médi­a­tion, sécu­rité et présence. 

Don­ner le rythme
Nous tra­vail­lons beau­coup le rythme de nos inter­ven­tions, à l’échelle du cadre glob­al du pro­jet, et aus­si à l’intérieur de ce cadre, en alter­nant les séquences intens­es et les res­pi­ra­tions. Cette artic­u­la­tion tem­porelle per­met de créer une ten­sion et une énergie, ain­si que de fix­er un rythme “d’accomplissements pro­gres­sifs”, pour per­me­t­tre le déploiement d’un pro­jet par étape, chaque étape étant l’occasion d’une sat­is­fac­tion et d’un recul con­struc­tif. 

La force des cohab­i­ta­tions
Pour cha­cun de nos déploiements, nous faisons en sorte de met­tre en présence des mon­des qui d’habitude ne se côtoient pas : univers pro­fes­sion­nels var­iés, milieux soci­aux dif­férents, cul­tures et généra­tions mul­ti­ples. Cette cohab­i­ta­tion de per­son­nes s’obtient par la cohab­i­ta­tion de fonc­tions — arti­sanat, accueil social, cul­ture, sports, nature, fête… -, et par le développe­ment de for­mats spé­ci­fiques ciblant tour à tour, à dif­férents moments, des publics spé­ci­fiques. 

Habiter
N’être pas seule­ment des tra­vailleurs, des ges­tion­naires ou des con­sul­tants, mais être aus­si des “habi­tants” de nos mis­sions, les vivre entière­ment, avec nos corps et avec nos émo­tions. Ain­si sur nos sites, et même lors de nos études et nos ate­liers créat­ifs, nous prenons le pari de vivre — de 24h à plusieurs années — sur ces espaces que nous investis­sons et que, par cette incar­na­tion, nous con­nais­sons de manière sen­si­ble et quo­ti­di­enne. 

Proces­sus artis­tique per­ma­nent
Nous n’agissons pas avec un champ artis­tique par­ti­c­uli­er, nous les explorons tous. Nous ne pro­gram­mons pas tout, ni spa­tiale­ment, ni dans le temps. L’in­térêt que l’on porte à la créa­tion se con­cen­tre sur les manières de con­stru­ire ensem­ble, par à‑coups, avec une négo­ci­a­tion per­ma­nente de l’altérité. Notre pro­gram­ma­tion cul­turelle et artis­tique val­orise la trans­mis­sion et le partage. Elle est fes­tive et pop­u­laire, expéri­men­tale et pointue, mul­ti­cul­turelle, sou­vent gra­tu­ite, tou­jours col­lab­o­ra­tive, accueil­lante et con­viviale. 

Impli­ca­tions volon­taires
Nous tra­vail­lons à ce que nos dif­férents pro­jets réveil­lent en cha­cun une envie de s’impliquer, pro­pos­er et pren­dre part, avec son temps disponible, ou avec des idées et des pro­jets. Nous croyons en notre capac­ité col­lec­tive, et souhaitons que sur nos dif­férents déploiements, il soit tou­jours naturel d’arriver et dire : “j’ai deux heures devant moi, com­ment puis-je être utile ?”.

Lib­erté col­lec­tive, direc­tion édi­to­ri­ale
C’est un cou­ple. En même temps que de laiss­er beau­coup de pos­si­bil­ités au quo­ti­di­en, et beau­coup de place aux propo­si­tions qui nous arrivent, nous assumons en par­al­lèle une “direc­tion édi­to­ri­ale” de nos pro­jets, donc une capac­ité à choisir, encour­ager ou rat­trap­er des pro­jets déjà par­tis. Cette démarche per­met de tou­jours pou­voir avancer assez rapi­de­ment, tout en assur­ant une cohérence glob­ale.

Une économie locale, marchande et mul­ti­ple
Nous croyons au rôle social des épiceries, des coif­feurs, des répara­teurs et des arti­sans. Par nos inter­ven­tions, nous cher­chons à aug­menter la facil­ité d’entreprendre, lancer une petite affaire. Quand elles sont lancées par des per­son­nes éloignées de l’emploi, il y a lieu d’accompagner. Si ces com­merçants, entre­pre­neurs, arti­sans con­nais­sent leur méti­er, il faut alors les embar­quer dans une his­toire col­lec­tive, et trou­ver les con­tri­bu­tions adap­tées de cha­cun au pro­jet com­mun.

Légèreté
Nous réfléchissons nos pro­jets comme des déploiements réversibles, capa­bles de ne laiss­er aucune empreinte physique. Nous créons sur la base des ressources exis­tantes : les espaces disponibles, les com­pé­tences et bonnes volon­tés des voisins, les matéri­aux disponibles. On part de l’existant, on détourne et on recom­pose, inven­tant les mues adap­tées en fonc­tion des con­textes, des inten­tions et des tem­po­ral­ités des pro­jets.

Voy­age
Chaque pro­jet est un voy­age, un imag­i­naire qui s‘incarne. Alors nous invi­tons les voyageurs à vis­iter nos sites, et tous leurs riverains à en devenir des touristes. A quoi bon par­tir trop loin, si proches de chez nous exis­tent des lieux d’invention et de ren­con­tre, où il est naturel de décou­vrir d’autres cul­tures et d’autres appren­tis­sages ?

Essay­er fort
Cha­cune de nos inter­ven­tions doit être l’occasion d’une ten­ta­tive et d’un effort d’invention. La force de Yes We Camp réside juste­ment dans la capac­ité à ren­dre pos­si­ble ces ten­ta­tives en leur don­nant un cadre. Pour nous, la réus­site d’un pro­jet ne se mesure pas tant au résul­tat, mais plutôt à ce qui aura été expéri­men­té. Nous accep­tons de pren­dre des risques, de ques­tion­ner nos choix, d’écrire des règles, puis les laiss­er vivre au fil des sit­u­a­tions désirées, les inter­peller et tou­jours les adapter.

La joie
Nous sommes ani­més par le désir d’un monde plus juste, plus vivant, plus heureux. Sou­vent nos inter­ven­tions con­cer­nent ou ques­tion­nent des sit­u­a­tions dif­fi­ciles, avec des sujets de société qui nous affectent. Mais leur mise en œuvre, dans la réal­ité du quo­ti­di­en, révèle des sat­is­fac­tions, et nous n’aurions plus de sens au tra­vail s’il ne com­por­tait pas une dose suff­isante de joie, de fête et de douceur.