loader image
Auberge marseillaise, Cuisine ouverte, Marseille, Bâtiment vacant, En cours, Hébergement social

L’Auberge marseillaise Marseille Publiée le 24.03.21

En quelques mots

En mars 2021, sous l’impulsion de la Mairie de Mar­seille avec le sou­tien des ser­vices de l’État, un col­lec­tif de 7 asso­ci­a­tions pluridis­ci­plinaires s’est mobil­isé pour lancer l’Auberge mar­seil­laise. Le pro­jet est une expéri­men­ta­tion qui con­siste à utilis­er un bâti­ment pub­lic tem­po­raire­ment disponible pour créer un lieu d’émancipation et de mise à l’abri pour des femmes vul­nérables avec ou sans enfants, faciliter l’insertion et l’accès au loge­ment, et encour­ager la mix­ité d’usage et l’activité asso­cia­tive pour con­tribuer aux dynamiques locales.

L’Auberge mar­seil­laise prend place dans l’Auberge de Jeunesse Bon­n­eveine, tem­po­raire­ment fer­mée, située dans les quartiers Sud de Mar­seille, à 300m des plages du Pra­do et 3 KM du parc nation­al des Calan­ques.

Informations clés

Dates
mars 2021 —

En chiffres
60 femmes et enfants
à 2 min des plages.

Partenaires

Ville de Mar­seille, Pro­prié­taire et financeur.

Pré­fec­ture de région SUD, Financeur.

JUST, Ani­ma­tion de réseau, équipe d’intervention sou­tien droit et san­té com­mu­nau­taire, empow­er­ment, rétab­lisse­ment, réduc­tion des risques.

NOUVELLE AUBE, Tra­vail de rue spé­cial­isé, auto­sup­port, réduc­tion des risques, accès au droit et au soin, et syn­chro­ni­sa­tion du par­cours de san­té.

Mar­seille-Solu­tions, Accéléra­teur de ter­ri­toire, essaim­age et cap­i­tal­i­sa­tion.

L’AMICALE DU NID, Accom­pa­g­ne­ment de per­son­nes majeures et mineures en sit­u­a­tion actuelle ou passée ou en risque de pros­ti­tu­tion.

SOS FEMMES 13, Accueil, ori­en­ta­tion, accom­pa­g­ne­ment et héberge­ment de femmes vic­times de vio­lences con­ju­gales, accom­pa­g­nées ou non d’enfants, ani­ma­tion de réseaux et de for­ma­tions autour sur les vio­lences con­ju­gales.

H.A.S, Asso­ci­a­tion pour l’Habitat Alter­natif Social, défend par le droit au loge­ment et le droit à la san­té, la dig­nité des per­son­nes frag­ilisées.

À retenir

  • Un lieu de vie d’héberge­ment capac­i­tant et par­tic­i­patif.
  • Une dynamique parte­nar­i­ale inédite.
  • De l’intelligence col­lec­tive : co-con­struc­tion d’un vivre-ensem­ble et déf­i­ni­tion col­lec­tive des règles de ges­tion du lieu (organ­i­sa­tion logis­tique, entre­tien…).
  • Une appro­pri­a­tion de l’espace par les rési­dentes : trans­for­ma­tion de l’espace > pein­ture, con­struc­tion de mobili­er, jar­di­nage.
  • De l’innovation sociale : les équipes encad­rantes sont mixtes/interdisciplinaires et com­posées de tra­vailleurs soci­aux et médi­co-soci­aux mais égale­ment de régis­seurs soci­aux (tra­vailleurs pairs/experts d’expérience).
  • Une mix­ité des usages et des publics : co-con­struc­tion avec les usagères et usagers d’un lieux ouvert et mixte (bureaux et ate­liers pour des acteurs de l’ESS et des arti­sans, salle poly­va­lente, cui­sine partagée, salle de réu­nion, inser­tion par l’activité économique, jardin partagé, garderie…)
Site bâti, Marseille, Bâtiment vacant, En cours

Buropolis Marseille Publiée le 24.03.21

En quelques mots

L’association Yes We Camp et plus de cinquante artistes mar­seil­lais se sont mobil­isés pour con­stru­ire un pro­jet ambitieux : l’occupation tem­po­raire d’un grand immeu­ble de bureaux dans le 9e arrondisse­ment de Mar­seille. Ce bâti­ment de 16 000 m², voué à la démo­li­tion, est occupé depuis le mois de févri­er par 200 artistes et par une école d’infirmières de la Croix Rouge. Le pro­jet, qui se déroule sur une durée de 18 mois, est soutenu par la Mairie de Mar­seille.
Buropo­lis, c’est la ten­ta­tive de créer un lieu d’art hybride dans lequel les artistes dis­posent des espaces habituels de pro­duc­tion et d’exposition mais égale­ment de la pos­si­bil­ité de pren­dre en main artis­tique­ment tous les petits aspects de la vie quo­ti­di­enne : manger, con­stru­ire, jar­diner, socialis­er.… Un lieu de tra­vail et de vie qui per­met le ray­on­nement des pra­tiques artis­tiques sur la manière de fab­ri­quer un envi­ron­nement et pro­pose un espace de dis­cus­sion sur la place des artistes à Mar­seille

Informations clés

Dates :
Jan­vi­er 2021 — Juin 2022

Adresse :
343 bd Romain Rol­land, 13009 Mar­seille

En chiffres :
16000 m² de bureaux,
9 plateaux

Partenaires

Ville de Mar­seille

Mai­son Blanche Mar­seille

À retenir

  • La crois­sance d’une effer­ves­cence cul­turelle face à une pres­sion fon­cière forte.
  • La trans­for­ma­tion de 16000 m² en un out­il imag­iné par ses usagers.
  • Une com­mu­nauté soudée autour d’un espace artis­tique partagé.
  • Une volon­té d’in­ter­face avec les publics par la créa­tion d’e­spaces ouverts à tou.te.s.
  • À venir : une pro­gram­ma­tion d’expositions, de per­for­mances et con­certs pro­posés par ses occu­pants, l’accueil de cours à des­ti­na­tion des enfants et l’ouverture d’une buvette au rez-de-chaussée.

En savoir plus

Insta­gram

Accueil de groupes, Atelier de construction, Jardin partagé, Friche de plein air, Marseille, En cours, Camping

Foresta Marseille Publiée le 26.05.20

En quelques mots

C’est l’histoire d’un grand ter­rain en pentes et collines, dans les quartiers Nord de Mar­seille, en bor­dure de plusieurs quartiers et cités. Ce ter­rain arti­fi­ciel, né du chantier de con­struc­tion du cen­tre com­mer­cial Grand Lit­toral, est aujourd’hui un espace de nature. Il y a eu un pro­jet de parc pub­lic, mais l’investissement et le coût de ges­tion ont sem­blé trop cher à la col­lec­tiv­ité, et le ter­rain appar­tient désor­mais à des pro­prié­taires privés, qui ont pro­posé à Yes We Camp d’investir le site. Ain­si depuis qua­tre ans, nous ren­con­trons les riverains et les acteurs locaux, asso­ci­at­ifs, économiques, édu­cat­ifs… Avec eux, nous organ­isons des ate­liers de décou­verte du parc, des activ­ités cul­turelles ou de pro­duc­tion avec les matéri­aux disponibles. Ces ren­con­tres per­me­t­tent d’identifier des besoins et des envies, aux­quelles nous pro­posons de répon­dre par des amé­nage­ments pro­gres­sifs du site : escaliers, ring de boxe, sig­nalé­tique, toi­lettes et douche. En 2020, nous lançons un chantier de con­struc­tion d’un équipement col­lec­tif cen­tral au site, pour accueil­lir notam­ment des por­teurs de pro­jets pou­vant se déploy­er sur le ter­rain : agri­cul­ture, ani­ma­tion, sports, héberge­ment, ingénierie écologique, restau­ra­tion. Notre inten­tion est de faire l’expérience d’un mode de ges­tion col­lec­tif de ce ter­rain, afin qu’il soit à la fois un parc pub­lic, un espace de ren­con­tres entre groupes soci­aux dif­férents, et un lieu disponible pour la créa­tion d’activités de plein air.

APPEL D’OFFRE POUR LE LOT GROS OEUVRE

Informations clés

Dates
2016 — …

Pro­prié­taire
Résiliance 

Super­fi­cie
16 hectares de collines.

Instal­la­tions
Un ring de boxe,
85 march­es d’escaliers,
120 m² de bureaux, salle de réu­nion, stock­age,
Un cen­tre équestre (boxs, pad­docks, car­rière),
Un mod­ule d’architecture légère.

En chiffres
15 parte­naires locaux impliqués.

Partenaires historiques

Hôtel du Nord
Créa­tion d’ex­plo­rations botaniques.

Bureau des Guides du GR2013
Explo­ration des paysages et réflex­ion asso­ciant con­struc­teurs et habi­tants autour de la con­struc­tion d’un refuge urbain.

Col­lec­tif Saf
Organ­i­sa­tion des ate­liers “Jar­diner la Colline”.

À retenir

  • Le con­texte de délais­sé urbain peu con­structible, sit­u­a­tion qui existe dans de nom­breuses villes.
  • Une longue péri­ode d’observation et de ren­con­tres avant instal­la­tion per­ma­nente sur site.
  • L’inscription dans une démarche itéra­tive au sein d’un cadre de finance­ment insti­tu­tion­nel.
  • Le fait d’être en-dehors d’un con­texte «tran­si­toire» avec pro­jec­tion sur une util­ité long terme.
  • La démarche de «capac­i­ta­tion» envers les habi­tants des quartiers pop­u­laires voisins.
  • Les béné­fices de la présence d’animaux (chèvres, ânes et chevaux).
  • L’accueil et l’accompagnement de por­teurs de pro­jets locaux, le partage de con­nais­sances.

Plus d’informations

Site inter­net, Face­book, Insta­gram

Coco Velten, Site bâti, Marseille, Bâtiment vacant, Tiers lieux solidaires, Cafés et restaurants, En cours, Hébergement social

Coco Velten Marseille Publiée le 03.02.20

En quelques mots

Au sein de la Pré­fec­ture PACA existe une cel­lule d’innovation sociale qui tra­vaille sur un objec­tif “Zéro SDF”. Inspirée notam­ment par l’expérience des Grands Voisins, la Pré­fec­ture pro­pose de met­tre à dis­po­si­tion un bâti­ment vacant de 4000 m², sur une durée de trois ans, pour y déploy­er une occu­pa­tion mixte, asso­ciant héberge­ment d’urgence, pra­tiques citoyennes et activ­ités économiques. Yes We Camp prend les clés du bâti­ment à l’été 2018, et réalise les travaux pour une ouver­ture pro­gres­sive à par­tir du print­emps 2019. Le pro­jet est local­isé en plein cen­tre-ville de Mar­seille, dans le quarti­er pop­u­laire de Bel­sunce. 

Pour l’as­so­ci­a­tion, ce pro­jet est sin­guli­er car, à la dif­férence des Grands Voisins, nous sommes cette fois-ci l’occupant prin­ci­pal, en respon­s­abil­ité sur la direc­tion tech­nique de tout le bâti­ment. L’autre élé­ment nou­veau et déter­mi­nant est sa local­i­sa­tion en quarti­er pop­u­laire. Avec les Grands Voisins, nous avons opéré une sorte de “gen­tri­fi­ca­tion à l’envers”, avec des sujets de mix­ité glob­ale­ment internes au site. Ici, l’enjeu de l’accroche au quarti­er est plus fort. A nous de faire exis­ter la bonne alchimie entre une impli­ca­tion d’acteurs et publics venus d’ailleurs, et une par­tic­i­pa­tion locale adap­tée, utile et désir­able par les riverains.

Informations clés

Dates
2019 — 2021

En chiffres
80 places d’héberge­ment en rési­dence social
40 struc­tures instal­lées sur place dans les bureaux
80 heures d’ouverture publique par semaine
80% pro­gram­ma­tion issue de sol­lic­i­ta­tions extérieures
4 000 m² de bâti­ment vacant en occu­pa­tion tem­po­raire pour 3 ans

Bud­get
700 000 euros en bud­get de fonc­tion­nement
1/3 sub­ven­tions — 2/3 aut­o­fi­nance­ment

Partenaires

Groupe SOS
Héberge­ment d’urgence et accueil des per­son­nes vul­nérables

Plateau Urbain
Choix et ges­tion des occu­pants des locaux et ani­ma­tion de leur réseau / coor­di­na­tion tech­nique

Lab Zéro
Amé­nageur et pro­prié­taire du site

À retenir

  • La richesse de l’accompagnement social lorsqu’un cen­tre d’hébergement s’entoure d’autres usages et activ­ités.
  • Les mul­ti­ples leviers d’im­pli­ca­tions pos­si­bles pour les riverains et acteurs locaux : chantiers par­tic­i­pat­ifs, jardin com­mun, pro­gram­ma­tion cul­turelles, cui­sine ouverte, rési­dences artis­tiques.
  • La capac­ité d’engagement des par­ties prenantes dans les trans­for­ma­tions du pro­jet col­lec­tif : change­ment de pro­gramme du sous-sol, par­tic­i­pa­tion à la ges­tion du site, mobil­i­sa­tion pen­dant la crise san­i­taire du Covid.
  • La con­fi­ance accordée par les ser­vices de l’Etat, à la suite du pro­jet Grands Voisins. 

En savoir plus

Site inter­net, Face­book, Insta­gram, Revue de presse

Nanterre, Accueil de groupes, Atelier de construction, Jardin partagé, Friche de plein air, En cours, Camping

Vive les Groues Nanterre Publiée le 12.06.20

En quelques mots

2016, “l’urbanisme tran­si­toire” com­mence à avoir le vent en poupe. La Défense lance l’appel à man­i­fes­ta­tion d’intérêt “Pré­fig­ur­er les Groues”, du nom de ce quarti­er de la Ville de Nan­terre. Un quarti­er qui s’apprête à accueil­lir une exten­sion de la Défense, avec des dizaines de nou­veaux immeubles, des mil­liers de futurs habi­tants et salariés. Yes We Camp répond sur le lot “ter­rain vague” avec une propo­si­tion de bud­get com­mun de quarti­er, abondé par tous les pro­mo­teurs immo­biliers engagés pour con­stru­ire. Notre propo­si­tion est de nous déploy­er sur le ter­rain disponible, puis de là, inter­venir à l’échelle de tout le quarti­er, à la manière des Grands Voisins, avec des amé­nage­ments physiques, une gou­ver­nance col­lec­tive et des activ­ités var­iées. Mais la mécanique de finance­ment par les pro­mo­teurs ne s’enclenche pas. Néan­moins, nous prenons place sur le ter­rain disponible, que nous amé­na­geons petit à petit : enlever les encom­brants, les pol­lu­tions, faire venir de la bonne terre, planter des arbres, fab­ri­quer un ate­lier, installer un banya, des bureaux et un petit campe­ment. 

Ce pro­jet est pas­sion­nant par sa local­i­sa­tion en bor­dure immé­di­ate de la Défense et des chantiers colos­saux de con­struc­tion d’immeubles et infra­struc­tures de trans­port.

Informations clés

Dates
2017 — 2025

Sur­face 
9 000 m²

En chiffres
214 arbres plan­tés
50 places de camp­ing
50 chantiers par­tic­i­pat­ifs

Partenaires

TN paysag­istes
Accom­pa­g­n­er la mise en place de la pépinière urbaine

Paris la Défense 
Accom­pa­g­n­er Vive les Groues sur la mise en place opéra­tionnelle du ter­rain, sur la future pépinière et sur la com­mu­ni­ca­tion

Ville de Nan­terre
Inté­gr­er Vive les Groues aux secteurs cul­turels et asso­ci­at­ifs de Nan­terre

La petite histoire

Les Groues, ce sont notam­ment des soirées passées en petits groupes avec des voisins et des habitués. Mais c’est aus­si des soirées à 250 per­son­nes, lors de gros con­certs où la fête bat son plein… Une anec­dote ? Le jour où Julien, un bénév­ole plutôt intro­ver­ti, est mon­té sur scène pour chanter “Itsy Bit­sy Tee­ny Wee­ny Yel­low Polka­dot Biki­ni” pen­dant le test micro ! 

À retenir

  • Le con­texte d’un appel à man­i­fes­ta­tion d’intérêt pour “pré­fig­ur­er” le quarti­er, sur un ter­rain nu pol­lué dans une vaste opéra­tion de ZAC.
  • Trou­ver des passerelles entre dif­férents grands chantier mét­ro­pol­i­tains et l’échelle locale : le Grand Paris Express, la trans­for­ma­tion de la défense, le quarti­er des Groues.
  • L’appropriation d’un jardin partagé avec les riverain proches, leur impli­ca­tions sur plusieurs tâch­es de ges­tion.
  • L’accueil de por­teurs de pro­jets sur site et l’inscription du site dans un éco-sys­tème de nom­breux acteurs.

En savoir plus

Site inter­net, Face­book, Insta­gram, Revue de presse

Accompagnement / activation, Atelier de construction, Marseille, En cours

Caravanade Marseille Publiée le 05.08.20

En quelques mots

Le pro­jet a pour voca­tion d’accompagner les ini­tia­tives citoyennes sur le ter­ri­toire mét­ro­pol­i­tain et départe­men­tal. Nous pro­posons une panoplie d’outils var­iés à tra­vers qua­tre car­a­vanes pour per­me­t­tre la réal­i­sa­tion d’actions par­tic­i­pa­tives en plein air, dans tout type d’espace urbain. Le pro­gramme Car­a­vanade est un dis­posi­tif de sou­tien à ces ini­tia­tives locales, en pro­posant de venir en appui à des acteurs ou groupes soci­aux locaux (asso­ci­a­tions de par­ents d’élèves, cen­tre social, col­lec­tif d’habitants…), sur une journée, en met­tant à dis­po­si­tion des out­ils et des com­pé­tences. Nos actions sont tou­jours ori­en­tées sur l’acquisition de com­pé­tences par le “faire”. Nous avons observé que la réal­i­sa­tion col­lec­tive physique d’un objet, d’un jardin, d’une récolte de miel, etc, est vecteur d’envie et de con­fi­ance en soi. Ain­si nos actions ont aus­si une portée éduca­tive, citoyenne et tech­nique.

Informations clés

Dates
2014-…

En chiffres
3 car­a­vanes et 1 remorque
1 remorque ate­lier de con­struc­tion
1 car­a­vane can­tine
1 car­a­vane ham­mam
1 car­a­vane mul­ti­mé­dia
plus de 250 actions
13 comme le départe­ment des Bouch­es du Rhône où se déroule le pro­jet

 

La petite histoire

Car­a­vanade est la mis­sion la plus anci­enne de Yes We Camp, elle a débuté en 2014 ! 

À retenir

  • Notre capac­ité à mobilis­er de l’implication volon­taire pour ces réal­i­sa­tions par­tic­i­pa­tives.
  • La force de la mise en scène par nos car­a­vanes col­orées.
  • La mobil­i­sa­tion col­lec­tive depuis la con­cep­tion jusqu’à la réal­i­sa­tion et l’entretien.
  • Les deman­des nom­breuses d’outils de quartiers : com­pos­teurs, col­lecteurs d’eau de pluie…
  • Le soin apporté par les habi­tants aux objets qu’ils ont con­tribué à con­stru­ire.

En savoir plus

Site Inter­net, Doc­u­men­taire sur Car­a­vanade

Formation, En cours

Diplôme universitaire “Espaces communs” Publiée le 07.08.20

En quelques mots

Le diplôme uni­ver­si­taire “Espaces com­muns” a pour voca­tion d’encourager l’essaimage de ces lieux partagés, en rassem­blant en un col­lec­tif apprenant des acteurs de ces trans­for­ma­tions provenant d’horizons var­iés (pro­fils, dis­ci­plines, secteurs, matu­rité pro­fes­sion­nelle…) qui parta­gent le désir d’être au coeur de cette évo­lu­tion, de con­tribuer à la faire mûrir et à la définir. Cha­cun pour­ra, au con­tact de ce col­lec­tif, se trans­former, appro­fondir ses pra­tiques et son savoir-être. La péd­a­gogie du D.U. est donc fondée sur la mise en intel­li­gence col­lec­tive d’une com­mu­nauté apprenante plutôt que sur l’enseignement d’un cor­pus préex­is­tant.

Can­di­dater au DU Pla­que­tte de présen­ta­tion du DU

Informations clés

Dates
13 juin 2019 : pre­mière ses­sion immer­sive du DU à Coco Vel­ten

En chiffres
140h de for­ma­tion
3 ses­sions immer­sives
3 ses­sions focus
60 inscrits en 2019–2020
14 mem­bres du cer­cle édi­to­r­i­al

Tar­ifs
Entre­prise : 4 200€
Indi­vidu­el : 1 200€

Partenaires

Uni­ver­sité Gus­tave Eif­fel
Uni­ver­sité française expéri­men­tale spé­cial­isée dans l’é­tude des villes et des proces­sus d’ur­ban­i­sa­tion

Ancoats
Entrepreneur.e.s cul­turels et de consultant.e.s en fundrais­ing sur le ter­ri­toire du Grand Paris

Code­sign-it
Col­lec­tif d’indépendants en inno­va­tion col­lab­o­ra­tive

French Impact
Accéléra­teur nation­al d’in­no­va­tion sociale et envi­ron­nemen­tale

Les sessions

Ses­sions immer­sives réal­isées
Coco Vel­ten (Mar­seille) — 13–14-15 juin 2019
Hôtel Pas­teur (Rennes) — 24–25-26 octo­bre 2019
Le 6 b (Saint Denis) — 30–31 jan­vi­er et 1er févri­er 2020
Les Grands Voisins (Paris) 10–11-12 sep­tem­bre 2020
Car­ton Plein (Ambert) — 23–24-25 sep­tem­bre 2020
Mains d’Oeu­vres (Saint Ouen) — 27–28-29 jan­vi­er 2021
Lieux d’im­pli­ca­tion locale (Après M, La Dévi­a­tion, La Cité des arts de la rue, Fores­ta : quartiers Nord de Mar­seille) — 24–25-26 mars 2021

Ses­sion à venir
Ate­liers Jean Moulin (Plouhinec) — 21–22-23 avril 2021

La petite histoire

Mail de C. le 14 juin 2019 à 21h58 en réponse à l’envoi du pro­gramme de for­ma­tion du lende­main  “Arrête tes con­ner­ies Julie et viens au toit-ter­rasse de la Friche, et plus vite que ça”.

À retenir

  • Favoris­er l’apprentissage de pair-à-pair plutôt que l’enseignement descen­dant d’un cor­pus préétabli for­cé­ment incom­plet et non-con­textuel.
  • Réu­nir des pro­fes­sion­nels provenant d’horizons var­iés (pro­fils, dis­ci­plines, secteurs, matu­rité pro­fes­sion­nelle…) au sein d’un col­lec­tif apprenant.
  • Per­me­t­tre aux par­tic­i­pants de décou­vrir le fonc­tion­nement d’un lieu via l’immersion.

En savoir plus

Face­book, Site inter­net de l’u­ni­ver­sité

Jardin partagé, Marseille, En cours

Le Jardin des Héros Marseille Publiée le 07.08.20

En quelques mots

À deux pas de la Gare Saint-Charles, caché der­rière de hauts murs, se trou­ve un secret bien gardé : un jardin sus­pendu, comme préservé du temps et de l’an­i­ma­tion de la ville.

À la demande de la Fon­da­tion Les Petits Frères des Pau­vres, l’équipe de Yes We Camp ouvre en douceur cet îlot de ver­dure à ses habi­tants et à son voisi­nage. L’aventure est col­lab­o­ra­tive, intergénéra­tionnelle et con­textuelle.

Informations clés

Dates
Depuis le 6 juin 2020

En chiffres
1200 mètre car­ré,
1 bar­be­cue
20 habi­tants
40 per­son­nes impliqués sur la gou­ver­nance 

Partenaires

Les petits Frères des Pau­vres
Accueil­lir et financer l’in­ter­ven­tion de Yes We Camp pour activ­er un usage partagé du jardin entre des per­son­nes âgées isolées et le voisi­nage.

Jardin de la rotonde

L’école pri­maire des abeilles

Le cen­tre d’animation des abeilles

La petite histoire

Le Jardin Vierge Doré, dont la struc­ture a très peu été mod­i­fieé, con­stitue une des dernières reliques de la colline Saint-Charles à Mar­seille. On pour­rait dire que c’est ici que tout à com­mencé,  au VIe mil­lé­naire avant notre ère, lorsque  les pre­miers “Mar­seil­lais”, des chas­seurs-cueilleurs, s’y instal­lent…

À retenir

  •  Ouvrir par­tielle­ment au pub­lic un espace vert privé et y dévelop­per une gou­ver­nance partagé entre les usagers.
  • Tra­vailler sur le lien intergénéra­tionnel entre les enfants et des per­son­nes âgées isolées.
  •  Pré­fig­ur­er la nais­sance d’un espace com­mun par une rési­dence d’activation.

En savoir plus

En écrivant à jardin@yeswecamp.org !

Coco Velten, Cuisine ouverte, Site bâti, Marseille, Tiers lieux solidaires, Cafés et restaurants, En cours

La Cantine Coco Marseille Publiée le 15.09.20

En quelques mots

Quelques semaines après avoir accueil­li les pre­miers ate­liers-bureaux et habi­tants de la rési­dence sociale, Coco Vel­ten ouvre ses portes au pub­lic en avril 2019, avec au rez-de-chaussée une grande can­tine. Cet espace cen­tral du pro­jet est géré par Yes We Camp, avec l’intention d’accueillir en cui­sine dif­férentes asso­ci­a­tions. Par­chi­ta pro­pose une cui­sine fraîche et vénézuéli­enne plusieurs midis par semaine. Nous avons égale­ment accueil­li un pro­jet de for­ma­tion de détenus en fin de peine porté par Table de Cana, et nous con­tin­uons d’inventer dif­férents for­mats de cui­sine et partage des recettes pour les soirées : repas prix libre cuis­iné par les rési­dents, repas sou­tien pro­posé par des asso­ci­a­tions… La cui­sine col­lec­tive attenante au restau­rant per­met aus­si d’organiser des ate­liers par­tic­i­pat­ifs.

La Can­tine Coco porte les mêmes ambi­tions d’accueil et de qual­ité que nos autres restau­rants : pas d’obligation à con­som­mer, accueil incon­di­tion­nel, pro­duits locaux issus de l’agriculture raison­née cuis­inés chaque jour, cafés et repas sus­pendus. L’intention sup­plé­men­taire porte sur l’accueil en cui­sine de struc­tures tiers.

Informations clés

Dates
2019 — 2021

En chiffres
80 places assis­es
1 repas prix libre par semaine
3 postes en inser­tion (résident.e.s de Coco Vel­ten)

Partenaires

Par­chi­ta (avril 2019 — avril 2020) :
restau­rant Sud améri­cain, incubé à Coco Vel­ten pen­dant 12 mois. 

La Table de Cana (juin 2019) :
pro­jet des Beaux Mets. Des per­son­nes du Cen­tre péni­ten­ti­aire des Baumettes en fin de peine ont cuis­inés les lundis et mardis du mois de juin 2019 dans la per­spec­tive de l’ouverture d’un restau­rant au sein de la prison. Après des ses­sions de for­ma­tions, la Can­tine de Coco Vel­ten était le restau­rant d’application.

Solz­in­ho (depuis novem­bre 2019) : restau­ra­tion des Balka­ns, incubé pour assur­er les ser­vices du soir.

La petite histoire

Le pre­mier mer­cre­di repas prix libre a été cuis­iné par Mohammed aka Momo, un jeune réfugié soma­lien en mis­sion de ser­vice civique sur les chantiers par­tic­i­pat­ifs au sein de Coco Vel­ten. Momo souhaitait faire décou­vrir les plats de son enfance à tous les Cocos. Le repas prix libre s’est clô­turé par une stand­ing ova­tion. Depuis sa pre­mière incur­sion dans la cui­sine de la Can­tine, il a décou­vert une nou­velle voca­tion et tra­vaille aujourd’hui avec des restau­ra­teurs mar­seil­lais !

En savoir plus

Site inter­net, Face­book, Insta­gram 

Accompagnement / activation, Roubaix, Site bâti, Tiers lieux solidaires, En cours

Saisons Zéro Roubaix Publiée le 23.06.20

En quelques mots

Print­emps 2019, le col­lec­tif d’architectes Zerm con­tacte Yes We Camp : la ville de Roubaix lance un appel à man­i­fes­ta­tion d’intérêt pour l’occupation tem­po­raire d’un cou­vent de 6500m², vide depuis plus de 10 ans, inscrit au pat­ri­moine des mon­u­ments his­toriques et situé dans le quarti­er de l’Epeule.
Nous pré­parons avec eux le pro­jet inti­t­ulé “un lab­o­ra­toire de la fru­gal­ité appliqué”, qui croise trois enjeux : créer un lieu de vie joyeux et accueil­lant pour un quarti­er en dif­fi­culté, expéri­menter un mode de vie Zéro-déchet, se déploy­er dans un bâti­ment à haute valeur pat­ri­mo­ni­ale. Notre équipe œuvre régulière­ment sur le pro­jet selon les for­mats et besoins de l’équipe Zerm : nar­ra­tion et mod­èle de fonc­tion­nement glob­al, pilotage du pro­jet, accom­pa­g­ne­ment sur le proces­sus de ges­tion des lieux partagés, lance­ment de l’accueil d’occupants des ate­lier-bureaux, d’une auberge et de l’accueil de groupe, organ­i­sa­tion de chantiers par­tic­i­pat­ifs pour trans­former pas à pas les usages de l’ancien cou­vent.

Nous sommes lau­réat en octo­bre 2019, et deux mois plus tard, un pre­mier chantier-campe­ment d’une semaine est mon­té pour installer une base vie sur place : amé­nage­ment d’un ate­lier de con­struc­tion, des bureaux de pilotage, d’une cui­sine partagée et des pre­mières cham­bres pour com­mencer à habiter les lieux.
Aujourd’hui, une dizaine de per­son­nes du col­lec­tif Zerm habite sur place. La cour de l’ancienne école est ouverte tous les dimanch­es aux riverains, une pro­gram­ma­tion d’été se des­sine pour les enfants du quarti­er, des parte­nar­i­ats se tis­sent avec des acteurs locaux, les pre­mières struc­tures s’installent dans les bureaux et l’auberge se pré­pare à accueil­lir ces pre­miers vis­i­teurs.

Informations clés

Dates
Depuis 2019

En chiffres
10 nou­veaux habi­tants dans l’ancien cou­vent
40 occu­pants dans les locaux
30 places dans des lits à bal­daquin ou lits clos
4 espaces extérieurs, une anci­enne chapelle et une grande halle pour accueil­lir des événe­ments

Partenaires

La ville de Roubaix
La ville de Roubaix assure le finance­ment des travaux liés aux toi­tures et fenêtres, aux dif­férents réseaux et à la mise au norme incendie.

Agence Nationale de la Cohé­sion Ter­ri­to­ri­ale
L’Agence Nationale de la cohé­sion Ter­ri­to­ri­ale, via l’AMI Trem­plin Asso, finance les investisse­ments min­i­mum et le tra­vail d’accompagnement pour aider au développe­ment de tiers lieux dans les Quarti­er Poli­tique de la Ville.

À retenir

  • L’intérêt et la facil­i­ta­tion de la mise en place d’un pro­jet fru­gal et itératif par la ville de Roubaix et l’Etat via l’AMI et le pilotage partagé du pro­jet.
  •  La qual­ité du cadre de tra­vail entre Yes We Camp et Zerm via les dif­férents for­mats de ren­con­tres et d’apprentissage et l’accompagnement sur-mesure qui en découle : com­plé­men­tar­ité des com­pé­tences, réac­tiv­ité, con­fi­ance et com­plic­ité.
  • L’importance de la qual­ité archi­tec­turale des lieux et l’engouement que cela sus­cite.
  •  Le soin à la préser­va­tion du bâti que déclenche la présence per­ma­nente d’habitants sur le site.

Plus d’informations

Site inter­net, Face­book, Insta­gram