loader image
Accueil de groupes, Atelier de construction, Jardin partagé, Friche de plein air, Marseille, En cours, Camping

Foresta Marseille Publiée le 26.05.20

En quelques mots

C’est l’histoire d’un grand ter­rain en pentes et collines, dans les quartiers Nord de Mar­seille, en bor­dure de plusieurs quartiers et cités. Ce ter­rain arti­fi­ciel, né du chantier de con­struc­tion du cen­tre com­mer­cial Grand Lit­toral, est aujourd’hui un espace de nature. Il y a eu un pro­jet de parc pub­lic, mais l’investissement et le coût de ges­tion ont sem­blé trop cher à la col­lec­tiv­ité, et le ter­rain appar­tient désor­mais à des pro­prié­taires privés, qui ont pro­posé à Yes We Camp d’investir le site. Ain­si depuis qua­tre ans, nous ren­con­trons les riverains et les acteurs locaux, asso­ci­at­ifs, économiques, édu­cat­ifs… Avec eux, nous organ­isons des ate­liers de décou­verte du parc, des activ­ités cul­turelles ou de pro­duc­tion avec les matéri­aux disponibles. Ces ren­con­tres per­me­t­tent d’identifier des besoins et des envies, aux­quelles nous pro­posons de répon­dre par des amé­nage­ments pro­gres­sifs du site : escaliers, ring de boxe, sig­nalé­tique, toi­lettes et douche. En 2020, nous lançons un chantier de con­struc­tion d’un équipement col­lec­tif cen­tral au site, pour accueil­lir notam­ment des por­teurs de pro­jets pou­vant se déploy­er sur le ter­rain : agri­cul­ture, ani­ma­tion, sports, héberge­ment, ingénierie écologique, restau­ra­tion. Notre inten­tion est de faire l’expérience d’un mode de ges­tion col­lec­tif de ce ter­rain, afin qu’il soit à la fois un parc pub­lic, un espace de ren­con­tres entre groupes soci­aux dif­férents, et un lieu disponible pour la créa­tion d’activités de plein air.

Informations clés

Dates :

  • 2016 — …

Pro­prié­taire :

  • résiliance.

Super­fi­cie :

  • 16 hectares de collines.

Instal­la­tions :

  • 2 rings de boxe
  • 1 par­cours pour enfants
  • 2 agrès sportifs
  • 1 scène
    250 march­es d’escaliers 
  • 120 m² de bureaux, salle de réu­nion, stock­age
  • un cen­tre équestre (boxs, pad­docks, car­rière)
  • un mod­ule d’architecture légère 
  • un jardin per­ma­cole
  • un poulailler péd­a­gogique
  • 1 con­tain­er à dis­po­si­tion des sportifs du parc
  • 1 con­tain­er de stock­age pour loca­tion de jeux de plein air
  • 6 por­teurs d’activités instal­lés sur site

Partenaires historiques

Hôtel du Nord
Aide au mail­lage ter­ri­to­r­i­al et à l’ancrage local
Créa­tion d’ex­plo­rations botaniques et de balades pat­ri­mo­ni­ales
Co-réal­i­sa­tion de pro­jets col­lec­tifs (réc­its, fab­ri­ca­tion d’instruments…)

Bureau des Guides du GR2013
Explo­ration des paysages et réflex­ion asso­ciant con­struc­teurs et habi­tants autour de la con­struc­tion d’un refuge urbain sur le site.

Col­lec­tif Saf
Par­tic­i­pa­tion à la réflex­ion autour du devel­oppe­ment du pro­jet et de la con­nais­sance et pro­tec­tion de la bio­di­ver­sité. Organ­i­sa­tion des ate­liers “Jar­diner la Colline” et  de chantiers par­tic­i­pat­ifs (tres­sage de cannes de provence…)

À retenir

  • Le con­texte de délais­sé urbain peu con­structible, sit­u­a­tion qui existe dans de nom­breuses villes.
  • Une longue péri­ode d’observation et de ren­con­tres avant instal­la­tion per­ma­nente sur site.
  • L’inscription dans une démarche itéra­tive au sein d’un cadre de finance­ment insti­tu­tion­nel.
  • Le fait d’être en-dehors d’un con­texte «tran­si­toire» avec pro­jec­tion sur une util­ité long terme.
  • La démarche de «capac­i­ta­tion» envers les habi­tants des quartiers pop­u­laires voisins.
  • Les béné­fices de la présence d’animaux (chèvres, ânes et chevaux).
  • L’accueil et l’accompagnement de por­teurs de pro­jets locaux, le partage de con­nais­sances.

Plus d’informations

Site inter­net
Face­book
Insta­gram
Revue de presse

Nanterre, Accueil de groupes, Atelier de construction, Jardin partagé, Friche de plein air, En cours, Camping

Vive les Groues Nanterre Publiée le 12.06.20

En quelques mots

2016, “l’urbanisme tran­si­toire” com­mence à avoir le vent en poupe. La Défense lance l’appel à man­i­fes­ta­tion d’intérêt “Pré­fig­ur­er les Groues”, du nom de ce quarti­er de la Ville de Nan­terre. Un quarti­er qui s’apprête à accueil­lir une exten­sion de la Défense, avec des dizaines de nou­veaux immeubles, des mil­liers de futurs habi­tants et salariés. Yes We Camp répond sur le lot “ter­rain vague” avec une propo­si­tion de bud­get com­mun de quarti­er, abondé par tous les pro­mo­teurs immo­biliers engagés pour con­stru­ire. Notre propo­si­tion est de nous déploy­er sur le ter­rain disponible, puis de là, inter­venir à l’échelle de tout le quarti­er, à la manière des Grands Voisins, avec des amé­nage­ments physiques, une gou­ver­nance col­lec­tive et des activ­ités var­iées. Mais la mécanique de finance­ment par les pro­mo­teurs ne s’enclenche pas. Néan­moins, nous prenons place sur le ter­rain disponible, que nous amé­na­geons petit à petit : enlever les encom­brants, les pol­lu­tions, faire venir de la bonne terre, planter des arbres, fab­ri­quer un ate­lier, installer un banya, des bureaux et un petit campe­ment. 

Ce pro­jet est pas­sion­nant par sa local­i­sa­tion en bor­dure immé­di­ate de la Défense et des chantiers colos­saux de con­struc­tion d’immeubles et infra­struc­tures de trans­port.

Informations clés

Dates :

  • 2017 — 2025

Sur­face  :

  • 9 000 m²

En chiffres :

  • 214 arbres plan­tés,
  • 50 places de camp­ing,
  • 50 chantiers par­tic­i­pat­ifs.

Partenaires

TN paysag­istes
Accom­pa­gne la mise en place de la pépinière urbaine.

Paris la Défense 
Accom­pa­gne Vive les Groues sur la mise en place opéra­tionnelle du ter­rain, sur la future pépinière et sur la com­mu­ni­ca­tion.

Ville de Nan­terre
Intè­gre Vive les Groues aux secteurs cul­turels et asso­ci­at­ifs de Nan­terre.

La petite histoire

Les Groues, ce sont notam­ment des soirées passées en petits groupes avec des voisins et des habitués. Mais c’est aus­si des soirées à 250 per­son­nes, lors de gros con­certs où la fête bat son plein… Une anec­dote ? Le jour où Julien, un bénév­ole plutôt intro­ver­ti, est mon­té sur scène pour chanter “Itsy Bit­sy Tee­ny Wee­ny Yel­low Polka­dot Biki­ni” pen­dant le test micro ! 

À retenir

  • Le con­texte d’un appel à man­i­fes­ta­tion d’intérêt pour “pré­fig­ur­er” le quarti­er, sur un ter­rain nu pol­lué dans une vaste opéra­tion de ZAC.
  • Trou­ver des passerelles entre dif­férents grands chantier mét­ro­pol­i­tains et l’échelle locale : le Grand Paris Express, la trans­for­ma­tion de la défense, le quarti­er des Groues.
  • L’appropriation d’un jardin partagé avec les riverain proches, leur impli­ca­tions sur plusieurs tâch­es de ges­tion.
  • L’accueil de por­teurs de pro­jets sur site et l’inscription du site dans un éco-sys­tème de nom­breux acteurs.

En savoir plus

Site inter­net, Face­book, Insta­gram, Revue de presse

Jardin partagé, Marseille, Passé

Le Jardin des Héros Marseille Publiée le 07.08.20

En quelques mots

À deux pas de la Gare Saint-Charles, caché der­rière de hauts murs, se trou­ve un secret bien gardé : un jardin sus­pendu, comme préservé du temps et de l’an­i­ma­tion de la ville.

À la demande de la Fon­da­tion Les Petits Frères des Pau­vres, l’équipe de Yes We Camp a ouvert en douceur cet îlot de ver­dure à ses habi­tants et à son voisi­nage. Une aven­ture col­lab­o­ra­tive, intergénéra­tionnelle et con­textuelle.

Informations clés

Dates :

  • Juin 2020-juil­let 2021

En chiffres :

  • 1200 mètres car­ré,
  • 1 bar­be­cue,
  • 20 habi­tants,
  • 40 per­son­nes impliquées sur la gou­ver­nance. 

Partenaires

Les petits Frères des Pau­vres
Accueil­lir et financer l’in­ter­ven­tion de Yes We Camp pour activ­er un usage partagé du jardin entre des per­son­nes âgées isolées et le voisi­nage.

Jardin de la rotonde

L’école pri­maire des abeilles

Le cen­tre d’animation des abeilles

La petite histoire

Le Jardin des Héros, dont la struc­ture a très peu été mod­i­fiée, con­stitue une des dernières reliques de la colline Saint-Charles à Mar­seille. On pour­rait dire que c’est ici que tout a com­mencé,  au VIe mil­lé­naire avant notre ère, lorsque  les pre­miers “Mar­seil­lais”, des chas­seurs-cueilleurs, s’y instal­lent …

À retenir

  • Ouvrir par­tielle­ment au pub­lic un espace vert privé et y dévelop­per une gou­ver­nance partagée entre les usagers.
  • Tra­vailler sur le lien intergénéra­tionnel entre les enfants et des per­son­nes âgées isolées.
  • Pré­fig­ur­er la nais­sance d’un espace com­mun par une rési­dence d’activation.

En savoir plus

En écrivant à jardin@yeswecamp.org !